Mais pourquoi ai-je donc été expulsé de Tunisie par les autorités? Récit des faits!

Cet article a été vu fois

Si vous me suivez sur Snapchat, vous avez sans doute appris que j’avais été expulsé du sol tunisien par les autorités la semaine dernière lors de mon arrivée à l’aéroport de Tunis. Cet épisode ayant été particulièrement désagréable, je ne m’étais jusqu’alors pas trop exprimé à ce sujet. Je vais donc à présent le faire parce qu’il est important d’en parler et surtout de faire taire certaines rumeurs absolument grotesques.

Il y a quelques mois, j’accompagnais Jazz à Tunis pour réaliser un reportage sur le tourisme médical. Elle avait subi 3 opérations sous l’oeil de ma caméra et la vidéo avait beaucoup fait parler puisque j’avais décidé de diffuser l’intégralité des interventions chirurgicales au bloc opératoire sans censure. Après la parution de ce reportage, Sabrina m’avait alors contacté pour elle aussi tenter l’expérience avec Univers-Med, l’agence de tourisme médical que Jazz avait choisi. Lors de ces deux voyages, je n’ai rencontré aucune difficulté lors des contrôles douaniers. Alors pourquoi ce Jeudi 17 Août m’a-t-on tout à coup refusé l’accès au pays?

Récit des faits

Jeudi 17 Août, je suis donc arrivé à l’aéroport de Tunis aux alentours de 22H. Comme d’habitude, j’ai rempli le formulaire d’entrée dans le pays, oubliant par mégarde de remplir une ligne renseignant mon métier. La personne en charge de vérifier mon passeport m’a alors demandé ma profession, ce à quoi j’ai répondu « journaliste ». Le policier a alors décidé de garder mon passeport et m’a demandé de patienter sur le côté. Mes amis, avec qui j’avais prévu de passer mes vacances à Hammamet m’attendaient à l’extérieur. Une demie heure, une heure, deux heures se sont écoulées et personne n’est revenu vers moi. Je suis donc retourné au guichet en demandant quand j’allais récupérer mon passeport. Le policier m’a informé qu’il ne pouvait pas me le dire et que son supérieur devait procéder à des contrôles d’identité.

Une heure s’est encore écoulée sans que je ne sache quand on allait me rendre mon passeport. Un autre policier m’a ensuite conduit dans une salle de transit, dans laquelle se trouvaient de nombreuses personnes en situation d’irrégularité et d’autres qui ne comprenaient pas non plus pourquoi l’accès au territoire leur avait été refusé. Un père de famille, accompagné de ses deux enfants de 8 et 11 ans, était par exemple dans cette salle depuis 24H sans nouvelles des autorités. Après avoir dépensé plus de 4000 euros pour emmener ses enfants dans un club de vacances, les autorités lui ont refusé l’accès, prétextant qu’une personne avait usurpé son identité en 2008 et avait commis un délit sur le territoire tunisien. On lui a alors demandé s’il souhaitait que ses deux enfants aillent tout de même en vacances dans le club qu’il avait réservé mais sans lui. Quelle aberration!

Pendant plus de douze heures, je suis donc resté enfermé dans cette salle de transit sans aucune explication avec interdiction formelle d’en sortir pour acheter à manger ou à boire. Une salle gelée par la climatisation, sans couverture. Voyant les heures défiler, je me suis assoupi sur une chaise en fer et j’ai rouvert les yeux quelques heures plus tard.

10h du matin toujours aucune nouvelle jusqu’à ce qu’une femme que je n’avais jamais vue auparavant s’approche de moi et me demande: « Vous êtes au courant de ce qu’il se passe?« , ce à quoi j’ai alors répondu « Pas vraiment non et j’aimerais bien savoir afin de quitter cette salle« . « Vous avez été interdit d’accès au territoire. Je ne peux pas vous donner les raisons, je ne les connais pas. Nous allons vous renvoyer en France dans une heure sur le prochain vol Air France« .

Ne comprenant toujours pas ce qu’il se passait, j’ai alors été accompagné par un policier jusqu’à l’avion comme si j’avais commis un crime. Mon passeport ne m’a pas été rendu, il a été confié au commandant de bord et j’ai été installé dans l’avion sans aucune explication. A mon arrivée à Paris, je n’ai pas eu le droit de récupérer mon passeport. Deux policiers m’attendaient à la sortie de l’avion. Ils m’ont alors fait monter dans leur voiture direction le commissariat de Paris Orly. Après avoir vérifié si je n’étais pas fiché ou recherché, ils m’ont enfin rendu mon passeport en me demandant la raison de mon expulsion. « Je n’en sais rien« .

Je n’ai à l’heure actuelle toujours pas eu d’explications. Tout le monde est silencieux. La personne qui s’est occupée de mon dossier à l’ambassade de France à Tunis m’a affirmé qu’il ne fallait pas que je retente de venir en Tunisie sans autorisation préalable de l’ambassade. Les autorités tunisiennes ne sont pas obligées, m’a-t-elle dit, de donner les raisons pour lesquelles je n’ai pas été accepté sur le territoire. Même par voie diplomatique. La seule chose qu’elle m’a dite, c’est que je suis à présent inscrit dans les fichiers tunisiens.

Je suis donc dans l’incompréhension la plus totale. Qu’est-ce qui a donc bien pu motiver les autorités à me refuser l’accès au pays alors que je venais passer des vacances avec mes amis? Pour l’heure je ne peux toujours pas me rendre en Tunisie. Dans quelques jours, j’aurais dû réaliser un nouveau reportage mais je ne pourrais pas être sur place.

Accusé de tourner un film pornographique!

Parmi les raisons les plus grotesques qui ont circulé sur internet, un média tunisien m’a accusé d’avoir eu pour projet de tourner un film pornographique en Tunisie. Non mais sans déconner, est-on tombé sur la tête? Même si mes reportages sur le tourisme médical ont pu provoquer de vives réactions, ils ne s’apparentent absolument pas à des films pornographiques. J’ignore d’où sort cette excuse bidon mais elle a bien évidemment été inventée par les médias pour surfer sur la polémique. Je n’ai bien entendu jamais eu pour projet de tourner un film pornographique en Tunisie.

 

Mes Snaps montrant un peuple libre et accueillant ont-ils dérangé?

Lors de mes précédents séjours en Tunisie, je n’avais pas manqué de partager mon ressenti sur le pays, montrant régulièrement un peuple libre et accueillant. J’avais notamment filmé des jeunes filles portant le voile mais fières de se maquiller et de sortir s’amuser entre elles le weekend. Jeremstarlettes assidues, elles m’avaient couvert de cadeaux et plus d’une centaine de fans étaient venus me rendre visite à mon hôtel, me demandant d’organiser une dédicace en Tunisie. Mes vidéos et mes messages ont-ils dérangé ou froissé une personne haut placée au sein de l’administration du pays? Mystère…

Sarah Fraisou à l’origine de mon refoulement?

Sur Twitter, une rumeur s’est rapidement propagée, affirmant que Sarah Fraisou avait manoeuvré pour que je sois interdit d’accès dans le pays. Mais soyons sérieux deux minutes. Depuis quand une candidate des Anges a-t-elle le pouvoir de décider qui est autorisé à entrer dans un pays? Tout cela est bien entendu totalement faux puisqu’en apprenant la nouvelle, Sarah m’a contacté et m’a proposé de venir m’aider à l’aéroport.

 

Mon homosexualité en cause?

Ai-je été expulsé du territoire parce que je suis gay comme j’ai pu le lire sur Twitter? Je reste sceptique sachant que la défense des droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transexuels s’affiche peu à peu depuis la révolution de 2011 et la libération de la parole qui en a résulté. Le débat a fait irruption sur la scène publique au printemps dernier avec de francs appels à la dépénalisation de l’homosexualité de la part d’associations. L’article 230 du Code Pénal punit en effet la sodomie et le lesbianisme de trois ans de prison. Mon homosexualité a-t-elle été à l’origine de cette expulsion? Encore une question qui reste sans réponse…

Vous savez à présent tout au sujet de mon expulsion de Tunisie. Il était important pour moi de vous raconter ce qu’il s’est passé et de faire taire certaines rumeurs ridicules. Mon avocat et les autorités compétentes sont à présent sur le dossier. Pour l’heure, je ne peux pas entrer sur le sol Tunisien jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée… J’espère que cette histoire aboutira sur une issue positive car la Tunisie reste malgré tout un pays que j’aime.

Follow Moi

Et sois au courant de
tous mes derniers potins!